Contenu

10 raisons de visiter Luminothérapie

10 décembre 2014

Texte principal du billet

Un kaléidoscope géant pour la place des Festivals et une fête foraine endiablée pour huit façades du Quartier des spectacles. Pour sa cinquième édition, Luminothérapie, qui invite les passants à interagir avec des installations créatives, promet d’être plus coloré que jamais!

Voici cinq bonnes raisons de profiter de l’installation Prismatica et cinq autres de visiter les vidéoprojections de Fascinoscope.

.

Prismatica

1. Pour être le héros d’un kaléidoscope géant
«Comme Luminothérapie le commande, le point de départ, c’était la lumière, indique Pierre-Alexandre Le Lay de RAW Design, la firme de Toronto qui a conçu Prismatica. Nous voulions que les participants puissent manipuler la lumière et jouer avec les couleurs. L’idée, c’était de créer un kaléidoscope qui occupe toute la surface d’intervention. L’installation compte donc 50 prismes interactifs que tous peuvent faire pivoter, même les plus petits!»

2. Pour mêler science et jeu
«Chacun des panneaux des prismes est laminé d’un film dichroïque, explique Pierre-Alexandre Le Lay. C’est donc dire que leur surface reflète différentes couleurs en fonction de l’angle de la source lumineuse et l’angle d’observation des spectateurs. Avant la tombée de la nuit, les prismes réagissent à la lumière du jour. Le soir venu, ils sont illuminés de l’intérieur, pour créer un effet encore plus directionnel.»

3. Pour découvrir le travail de RAW design
«Habituellement, nous travaillons surtout en architecture. De pouvoir créer un design qui se rattache davantage à l’art public est très stimulant pour nous. C’est un domaine que nous souhaitons continuer à explorer. Nous n’en sommes d’ailleurs pas à notre première installation. L’an dernier, nous avons participé à l’événement Warming Huts de Winnipeg.»

4. Pour voir la ville autrement
«Notre souhait c’est que le public interagisse avec l’œuvre, poursuit M. Le Lay. Qu’il marche à travers les prismes et qu’il manipule chacun d’entre eux. Le but, c’est d’offrir une nouvelle façon de voir la ville et la place des Festivals.»

5. Pour se laisser transporter par la musique et les couleurs
«En plus de l’éblouissant spectacle de lumières et de couleurs, Prismatica dispose d’une composante sonore. Une musique de carillons à intensités variables accompagne la rotation des prismes. La conception lumière est signée ATOMIC3 et la conception sonore, Dix au carré.»

Prismatica

Tous les jours jusqu’au 1er février
Sur la place des Festivals

.

Fascinoscope

1. Pour se plonger dans l’univers des fêtes foraines d’antan
«Nous avons créé une grande fête foraine à ciel ouvert et chacune des huit façades présente un monde relié à ce thème, comme différents kiosques de foire, explique Matthieu Larivée, de Lüz Studio, qui est à l’origine du projet. On va des hypnotiseurs aux magiciens, en passant par les acrobates. Nous avons choisi l’art forain puisque ça nous permettait d’être rassembleur et de capter rapidement l’attention des passants.»

2. Pour jouer à des jeux interactifs… avec des ballons-poires!
«Aux abords du métro Saint-Laurent, nous présentons quatre jeux interactifs qui utilisent des ballons-poires, indique Matthieu Larivée. C’est comme dans les cours d’école, à l’exception que les ballons sont alimentés électroniquement! Les joueurs [jusqu’à quatre en même temps] pourront tester leur précision, leur vitesse et leur force. Même les enfants peuvent jouer. J’aime que le tout soit contrôlé par quelque chose de très simple, que tous les Québécois connaissent : le ballon-poire. Même pour les touristes qui ne sont pas familiers avec ce dispositif, ça demeure très intuitif et simple. Pas besoin de lire un manuel d’instruction!»

3. Pour apprécier un univers créé à la main
«Comme nous avons un thème qui flirte avec la nostalgie, nous avons décidé de créer chaque univers à la main. Seul le monde du magicien, sur le clocher de l’UQAM, auquel nous avons ajouté de la vidéo, n’a pas été entièrement dessiné à la main. Nous avons joué avec les couleurs sépias, un peu comme des filtres Instragram.»

4. Pour découvrir le travail de Lüz Studio
«C’est la première fois que nous intervenons dans l’espace public, souligne M. Larivée. Habituellement, nous créons des ambiances et des environnements qui mettent en valeur des artistes sur scène, comme Rock et Belles oreilles ou le Cirque du soleil. Cette fois, c’est notre œuvre qui est au cœur du spectacle. C’est une belle occasion pour nous.»

5. Pour passer un bon moment, tout simplement
«Nous tentons toujours de nous mettre dans la tête des gens. Pour les attirer vers des façades devant lesquelles ils ne font habituellement que passer, nous avons créé un monde vivant, facilement accessible. Nous ne voulions pas que les passants se demandent ce que nous avions voulu faire exactement. Il y a une trame narrative, mais on comprend très rapidement ce dont il est question.»

Fascinoscope

Jusqu’au 1er février.
Du dimanche au jeudi de la tombée de la nuit à 23 h et les vendredis et samedis jusqu’à 1 h
Sur huit façades du Quartier des spectacles : Pavillon Président-Kennedy de l’UQAM, Théâtre Maisonneuve, abords du métro Saint-Laurent, place de la Paix, cégep du Vieux Montréal, Centre de design de l’UQAM, clocher de l’UQAM, Grande Bibliothèque

Ce qu’on en dit

Les commentaires ci-dessous expriment l’opinion des internautes et non celle du Quartier des spectacles. Aussi, il nous est impossible de répondre aux commentaires et questions concernant cette activité.

Retour à la liste des billets