Contenu

FIN NOVEMBRE ou l’art engagé

21 novembre 2011

Texte principal du billet

Par Marie-Christine Beaudry

Vendredi soir dernier (le 18 novembre pour être plus précis), si vous êtes passé devant la place Émilie-Gamelin dans le Quartier des spectacles, vous avez peut-être aperçu quelques centaines de personnes réunies faisant de drôles d’acrobaties devant cinq caméras.

Pendant une vingtaine de minutes, Annie Roy, cofondatrice de l’Action Terroriste Socialement Acceptable (ATSA), a fait danser la foule sous la thématique « Quand en aurez-vous assez! »

Ce tournage marquait le début de l’événement FIN NOVEMBRE, la nouvelle version, si on veut, de l’ancien État d’Urgence organisé par l’ATSA pendant presque une décennie. FIN NOVEMBRE propose une programmation variée, et ce, jusqu’au 27 novembre prochain. On emploie ici l’art pour faire passer un message. L’événement, très rassembleur, met en lumière une problématique profonde : celle de l’itinérance.

Au menu, spectacles musicaux, cirque, temps de parole animés par d’importants acteurs du milieu, mais surtout, à tous les soirs, dès 19h, la projection du film tourné en partie le 18 novembre dans les rues de Montréal.

®Martin-Savoie_ATSA_18vov2011-2427.jpgMartin-Savoie_ATSA_18vov2011-2427.jpg "")

La vidéo, d’une durée de quatre minutes et projetée en continu sur d’immenses tours de containers drapées de blanc, est divisée en deux parties. La première, intitulée « Quand en aurez-vous assez! » présente les différences économiques flagrantes qui séparent notre monde.

Dans la seconde, ayant pour titre « Qu’est-ce qu’on attend? », on y voit le public, qui était convié à poser un geste cathartique collectif symbolisant la chute du capitalisme sauvage ayant provoqué sa mort. Les « acteurs », bien emmitouflés, tombent un à un sur le sol, symbolisant cette mort. Par la suite, un réveil collectif se produit, où l’entraide et le partage semblent reconstruire leur identité et leur plaisir de vivre. Le résultat est intéressant, vu les circonstances rapides et volontaires du tournage.

Nouveau genre dans le Quartier des spectacles

L’art mis de l’avant dans le cadre de l’événement FIN NOVEMBRE est un art engagé, un art qui passe à l’action. Que ce soit sous la forme d’une chanson, d’une vidéo, d’une pièce d’origami ou même d’une parole, l’art de l’ATSA véhicule un message fort et politique.

« Ce que nous exprimons, c’est un ras-le-bol, explique Annie Roy. Au fond, nous menons un combat semblable à celui du mouvement Occupons Montréal. FIN NOVEMBRE est une autre manière de répondre à l’indécence de l’écart grandissant des richesses. »

®Martin-Savoie_ATSA_18vov2011-2360.jpgMartin-Savoie_ATSA_18vov2011-2360.jpg "")

Et ce qui est intéressant de souligner, c’est qu’il n’y a pas seulement les artistes qui soient présentés à l’avant-plan de cet événement.

« Il est important de souligner le travail que de nombreuses personnes effectuent à l’année longue pour les sans-abris, rappelle la cofondatrice de l’ATSA. Pour ce faire, nous invitons les gens qui servent les repas à l’intérieur de nos chapiteaux chauffés pour faire leur travail pendant les dix jours que dure l’événement. C’est notre manière à nous de les remercier. »

On se donne donc rendez-vous à FIN NOVEMBRE à la place Émilie-Gamelin du Quartier des spectacles pour célébrer l’art, mais aussi pour soutenir une bonne cause.

Ce qu’on en dit

Les commentaires ci-dessous expriment l’opinion des internautes et non celle du Quartier des spectacles. Aussi, il nous est impossible de répondre aux commentaires et questions concernant cette activité.

Retour à la liste des billets