Contenu

Avec Ville orchestre, tout le monde est artiste

28 avril 2022

Texte principal du billet

La ville s’anime à nouveau avec le retour du printemps et des températures plus clémentes ! Sur la promenade des Artistes se dévoile Ville orchestre, une nouvelle installation interactive, musicale et ludique qui prend la suite des iconiques 21 Balançoires. L'œuvre de Robocut Studio, Dpt. et Vallée Duhamel invite les passants à s’improviser musicien·ne·s et à créer, en solo ou en groupe, des œuvres musicales inédites à partir de quatre stations interactives.

Rencontre avec les créateurs Julien Vallée, Philippe Savard et Nicolas S. Roy ainsi que David Drury en charge de la musique, afin d’en apprendre davantage sur l’expérience originale qu’ils proposent.

À QUOI AVEZ-VOUS PENSÉ LORSQUE VOUS AVEZ DÉCIDÉ DE VOUS RÉUNIR POUR PROPOSER CETTE ŒUVRE ORIGINALE ?

Julien Vallée : Disons que l’appel de projets nous a tous interpelés. Nous nous connaissions déjà - certains d’entre nous avaient déjà collaboré par le passé – et nous avons eu envie de mettre nos forces en commun pour développer quelque chose qu’on n’aurait pas mis en chantier individuellement.

Nicolas S. Roy : Il faut dire que l’installation précédente, les 21 Balançoires, a connu un franc succès. Nous avons donc senti très tôt la pression qui vient lorsqu’on est appelé à remplacer une œuvre aussi iconique pour Montréal. Il fallait que notre proposition soit tout aussi, sinon plus, intéressante. Dès le départ, nous nous sommes dit : n’allons pas dans une direction complètement opposée, gardons ça ludique et simple et tâchons de proposer quelque chose de nouveau.

AVEZ-VOUS EU À SURMONTER DE GRANDS DÉFIS ?

J.V. : Le projet s’est vite avéré plus complexe que prévu. Il faut dire que nous avons l’habitude de développer des installations intérieures que les gens n’ont même pas le droit de toucher du bout des doigts. Soudain, il fallait penser aux promeneurs qui allaient interagir avec l’œuvre, aux intempéries, aux changements d’ambiance selon les différentes heures de la journée…

Philippe Savard : En effet, il a fallu réfléchir au contexte extérieur qui n’a rien à voir avec le confort d’un musée. Sur la promenade des Artistes, tu ne contrôles ni la densité du public ni la température. Alors l’espace public exerce un impact sur le type de matériau à choisir comme sur le type d’expérience à offrir.

QUELLE ÉTAIT L’INTENTION PREMIÈRE DERRIÈRE VILLE ORCHESTRE ?

N.R. : L’installation se trouve sur la promenade des Artistes. Et le premier nom qui nous est venu à l’esprit, c’était le Terrain de jeu des artistes. Dès le départ, on voulait qu’au contact de l’œuvre, les gens deviennent des artistes, des compositeur·rice·s. Notre intention était d’inciter les passants à sortir de leur rôle de spectateur·rice·s et à créer quelque chose de nouveau. Le concept a évolué et c’est devenu Ville orchestre. On a aussi été inspirés par le côté un peu déjanté de l’homme-orchestre qui parvient, avec toutes sortes d’instruments dépareillés et on ne sait pas trop comment, à jouer de la musique et à nous émerveiller !

OUTRE L’HOMME-ORCHESTRE, L’INSTALLATION ÉVOQUE AUSSI L’AMITIÉ ET LE PLAISIR DE JOUER ENSEMBLE.

David Drury  : Oui et tout cela reste lié à la musique. L’installation Ville orchestre est composée de quatre stations et chacune d’elle est basée sur la possibilité de jouer de la musique et d’interagir avec autrui, que ce soit un·e ami·e ou un·e inconnu·e.

N.R. : Les quatre stations sont complémentaires et chacune est très différente dans le type d’interaction qu’elle implique : voix, pieds, mains. Elles ne constituent pas un parcours en tant que tel, car chacune est indépendante. On peut les découvrir au fur et à mesure, de visite en visite, et apprécier les multiples possibilités d’interaction musicale qu’elles proposent.

J.V. : Je pense que Ville orchestre favorisera les rencontres. Il suffit de se retrouver sur une même station avec quelqu’un qu’on ne connait pas et sans même se regarder, on aura déjà la sensation d’être en train de faire quelque chose ensemble. Les gens auront tout de suite envie de rire et d’essayer de collaborer. Je pense que tout le monde a besoin de ça après deux ans de pandémie…

EN TERMINANT, QU’AIMERIEZ-VOUS QUE LE PUBLIC RETIRE DE VILLE ORCHESTRE ?

N.R. : Cette œuvre s’adresse à tout le monde qui est à la recherche d’un peu de légèreté. Elle a été créée dans le but de faire sourire et d’encourager les gens à se réunir à nouveau.

P.S. : Tout à fait ! On a été encabané longtemps et on a envie de sortir et de voir du monde. En ce sens, Ville orchestre tombe à point nommé !

D.R. : Je terminerais avec une idée musicale pour rester dans le thème de l’œuvre. À mes yeux, le mot-clé « accord inattendu » résume bien l’expérience que propose Ville orchestre : créer des accords inattendus entre des personnes venues des quatre coins de la ville. Car non seulement la musique adoucit les mœurs, mais elle rapproche aussi les gens !

Ville orchestre
Tous les jours de 10 h à 23 h.
Sur la Promenade des Artistes

Retour à la liste des billets