Contenu

Danse

MAXINE SEGALOWITZ + MOHAMMADREZA AKRAMI

MAXINE SEGALOWITZ + MOHAMMADREZA AKRAMI

Informations sur l’activité

26 novembre 2022 au 29 novembre 2022

Dans le cadre de Tangente

Édifice Wilder Espace Danse Réserver

MAXINE SEGALOWITZ
Ad-Hoc Dimension
Artiste queer ayant longtemps travaillé en tant que strip-teaseuse, Maxine perçoit de nombreuses similarités dans la négociation de pouvoir entre l’interprète et le public et dans l’interaction de la strip-teaseuse avec son client. Plusieurs personnages incarnent différents rôles dans le bar: «les filles» entre elles, les clients et l’incarnation de la masculinité, les bouncers en arrière-plan. Ad-Hoc Dimension s’attaque aux archétypes de la strip-teaseuse: celle qui est ivre de pouvoir, la blasée, la Bambi-sur-glace qui a besoin d’être sauvée… Mais tout ça est le fantasme de qui au juste? Qui a le pouvoir de faire des choix et qui a le dernier mot? La prise de décision n’est que le point de départ de cette exploration des relations de pouvoir, de la confiance, de l’affirmation de soi et de l’acceptation des conséquences de nos actions.


MOHAMMADREZA AKRAMI (MONTRÉAL/TORONTO)
Tan[ha]
«Tan[ha]» fait référence au mot farsi qui veut dire «seul». Toutefois, isolés, les mots «Tan» et «ha» se traduisent par le mot «corps» au pluriel. Tan[ha] – ces nombreux corps seuls – est une étude sur la capacité d’action. Deux interprètes nus rient sans arrêt. Nos corps peuvent-ils soutenir une action aussi longtemps que nous le désirons? Que se passe-t-il lorsque nous voulons arrêter de rire, mais que nous n’y arrivons pas? À quoi ressemblerait s’esclaffer sans émettre de son? Alors que leurs rires s’éteignent, les corps des danseurs produisent un mouvement de va-et-vient qui demeure entre deux espaces, n’atteignant ni l’un ni l’autre. Avons-nous le contrôle sur notre corps ou est-ce le corps qui nous contrôle?