Contenu

Cinéma

ONE SEA, 10 SEAS / SEVEN YEARS IN MAY

ONE SEA, 10 SEAS / SEVEN YEARS IN MAY

Informations sur l’activité

21 novembre 2019 | 15 H 45

Images, sons et textes. Trois éléments essentiels du langage cinématographique à partir desquels Nour Ouayda déploie un récit à trois voix qui réfléchit à la captation pendant plusieurs années d’un paysage de bord de mer à Beyrouth. N., C., et T. sont les protagonistes invisibles et mystérieux de ce voyage au coeur de souvenirs enregistrés reflétant leurs différents rapports au monde et au cinéma. Pour N., l’esthétique de la DV permet de capter des fulgurances esthétiques, de rendre compte, à la manière d’un peintre, des subtiles variations d’une mer calme ou agitée. Pour T., il s’agit de compiler la totalité des sons du monde. Mais les sons qu’elle finit par enregistrer dans son appartement ne sont-ils pas plus fidèles à l’état d’esprit qu’inspirait la mer ? Un essai poétique et brillant. (BD)

Réalisé avant l’accession au pouvoir de Jair Bolsonaro, Seven Years in May est à la fois une fable politique tristement prophétique et une oeuvre hybride poétique qui met de l’avant la parole de la classe populaire brésilienne. Le réalisateur Affonso Uchôa y filme son coscénariste Rafael dos Santos Rocha contant l’événement traumatisant qui bouleversa sa vie sept ans plus tôt : comment des policiers l’enlevèrent et le brutalisèrent en toute impunité, le forçant à fuir loin de chez lui. Confiant son expérience à un inconnu ayant lui aussi connu la violence, son récit devient celui de toute une nation écrasée par la misère et la corruption policière, mais trouvant dans l’oralité sa force de résistance. (CS)