Content

Movies

SNOWPIERCER - LE TRANSPERCENEIGE

SNOWPIERCER - LE TRANSPERCENEIGE

Information on the activity

September 22, 2020 | 17 H

Description in French only

Réal. : Bong Joon-Ho [Corée du Sud-Rép. tch., 2013, 126
min, num., VOSTF]
avec Chris Evans, Jamie Bell, Tilda Swinton
« 2031. Dix-sept ans après l’échec d’un plan visant à freiner le réchauffement climatique, la
Terre est sous l’assaut d’une nouvelle ère glaciaire. Les rares survivants du désastre ont trouvé
refuge à bord du Snowpiercer — un supertrain dont le mouvement perpétuel maintient l’énergie
et l’eau nécessaires à la survie de ses passagers. À l’intérieur de ce brise-glace sur rails, conçu et
piloté par le mystérieux Wilford, la société des hommes s’est rapidement reconstituée ; la
première classe profite de ses privilèges, pendant que la seconde veille au maintien de l’ordre et
que la troisième vit dans des con-ditions abjectes. Mais la révolte gronde, et s’incarne en la
personne du jeune Curtis, un leader charismatique, qui mène les rebelles d’un wagon à l’autre, au
fil d’une guerre de tranchées visant à prendre le contrôle de la Machine et à détrôner le toutpuissant Wilford. Premier film anglophone du Sud-Coréen Bong Joon-ho (The Host, Mother),
cette superproduction au rabais (budget : 40 millions de dollars) prolonge les obsessions du
cinéaste dans une oeuvre à la croisée du film d’auteur et du blockbuster. Suspense allégorique sur
la lutte des classes, cette adaptation imaginative d’une bédé française allie le spectaculaire au
politique dans une oeuvre à l’humour très noir et à la violence exacerbée. Menée à un train
d’enfer dans une Arche de Noé futuriste, à mi-chemin entre le Titanic de James Cameron et un
Orient-Express relooké par Jeunet et Caro, cette fable tout-terrain (à la fois sociale, politique et
écologique) déploie son allégorie de wagon en wagon, comme on conquiert les niveaux d’un jeu
vidéo. Malgré quelques longueurs, une fin en suspens et des images de synthèse qui laissent
parfois à désirer, cet étonnant film d’action épique en huis clos, défendu par des interprètes
solides, est à la fois un divertissement enlevant et une réflexion provocante sur l’avenir d’une
société prisonnière des rails sur lesquels elle s’est lancée.