Contenu

L’ART PUBLIC S’EXPOSE AU CUBE!

13 septembre 2017

Texte principal du billet

Jusqu’au 15 octobre, le Quartier des spectacles invite le public à voir la ville autrement avec KM3 : un parcours d’art public inédit qui plaira autant aux observateurs intéressés qu’aux passants et aux flâneurs. KM3 est le fruit du travail d’une trentaine d’artistes québécois et étrangers ayant répondu à l’appel des commissaires Melissa Mongiat et Mouna Andraos, de Daily tous les jours, et du Partenariat du Quartier des spectacles.

Afin de nous révéler les origines et les rouages de cette expérience artistique hors du commun, Pascale Daigle, directrice de la programmation au Partenariat, et Mouna Andraos ont répondu à nos questions.

D’OÙ VIENT L’IDÉE D’UN TEL ÉVÉNEMENT D’ART PUBLIC DANS LE QUARTIER ?

Pascale Daigle : Voilà déjà quelques années que le Partenariat du Quartier des spectacles s’investit dans le créneau des installations dans le domaine public. On n’a qu’à penser aux 21 Balançoires, aux installations créées dans le cadre du concours Luminothérapie, à Maëstro et j’en passe. L’intérêt manifeste du public pour ces oeuvres nous a naturellement amené à réfléchir à la possibilité d’exploiter les espaces publics qu’on gère, mais aussi plus largement le quartier avec des formes d’expériences diverses - interactive, participative - qui relèvent de l’art public temporaire.

LE THÈME DU VOISINAGE CONSTITUE LA TRAME NARRATIVE DE CETTE ÉDITION DE KM3, COMMENT L’AVEZ-VOUS CHOISI ?

Mouna Andraos : À la base, il fallait déterminer une thématique et celle de la cohabitation s’est rapidement imposée. Le voisinage est la condition première de la vie en ville. Mais il évoque plus que de simples bons rapports entre voisins. C’est aussi la relation des gens avec les infrastructures urbaines, et même des bâtiments entre eux. Lors de la conception de KM3, nous avons commencé par identifier les différents sites, évaluer leur potentiel et réfléchir aux gens qui les traversent. Le Quartier des spectacles ne se limite pas à la place des Festivals, alors à part les terrains privés et les zones en chantier, nous ne nous sommes pas fixés de limites.

LE CHOIX DES ARTISTES S’EST-IL AVÉRÉ DIFFICILE ?

MA : Au contraire, les artistes que nous avons approchés étaient ravis à l’idée de se joindre à ce nouvel événement ! On a donc pu réunir, comme nous le souhaitions, des représentants de différentes disciplines : l’architecture, les jeux vidéo, la mode, la danse, la réalité virtuelle... Nous étions aussi contents d’impliquer des créateurs étrangers comme Opapivara! du Brésil ou le studio Marshmallow Laser Feast, dont l’oeuvre est un cadeau de la part du Royaume-Uni. Il nous semblait important d’exposer aussi le public à des œuvres internationales.

DE QUELLE MANIÈRE KM3 IMPLIQUE LE PUBLIC ET L’AMÈME À PARTICIPER ?

PD : Le public est invité à interagir avec les œuvres. Plusieurs des installations sont d’ailleurs conçues pour s’activer ou changer d’aspect lorsque le public y participe. Nous espérons qu’elles susciteront également des rapports entre les gens, généreront des discussions entre inconnus et seront à la base de nouvelles rencontres.

EST-CE QUE LE PUBLIC DOIT PRÉPARER SA VISITE DU PARCOURS DE KM3 ?

MA : C’est la beauté de cet événement d’art public, il permet toutes sortes d’expériences et peut être vécu dans tous les sens ! Les visiteurs peuvent organiser leur visite à l’avance ou participer aux visites commentées offertes de jour comme de soir, et ainsi découvrir les œuvres qui s’étendent sur tout le territoire du Quartier, de la place des Festivals aux Jardins Gamelin. KM3 est également conçue pour les gens qui tomberont face à face avec une œuvre par hasard. Nous voulions que les étudiants et travailleurs qui fréquentent le quartier assidûment puissent aussi avoir le sentiment de s’y perdre en découvrant des œuvres d’art qui les étonnent et les amènent à voir la ville autrement.

DIFFÉRENTES FAÇONS DE DÉCOUVRIR KM3 : DES VISITES ET DES ATELIERS

Offertes en collaboration avec Fitz & Follwell, les visites commentées, à pied ou à vélo, offrent l’occasion d’en apprendre davantage sur les artistes et la conception des oeuvres de KM3. Vous pouvez choisir parmi l’un des cinq tours proposés offert en français ou en anglais.

Les familles ne sont pas en reste alors que les enfants de 3 à 12 ans peuvent remplir la carte des petits curieux avec des autocollants récoltés tout au long du parcours. Aussi, différents ateliers créatifs, présentés gratuitement en collaboration avec Chromatic et se déroulant pour la plupart aux Jardins Gamelin, s’adressent aux 5 à 13 ans.

Retrouvez les oeuvres du parcours KM3 à l’aide de la nouvelle application mobile du Quartier des spectacles (à télécharger sur l’App Store et Google Play).

KM3
Quartier des spectacles
Du 30 août au 15 octobre

Ce qu’on en dit

Les commentaires ci-dessous expriment l’opinion des internautes et non celle du Quartier des spectacles. Aussi, il nous est impossible de répondre aux commentaires et questions concernant cette activité.

Retour à la liste des billets