Contenu

M pour musique avec M pour Montréal et Mundial Montréal!

16 novembre 2015

Texte principal du billet

L’un fête son 10e anniversaire. L’autre souligne ses cinq ans. Les deux font la promotion des talents musicaux d’ici. M pour Montréal et Mundial Montréal, deux événements frères, se sont rapidement imposés comme des rendez-vous incontournables de l’automne, autant pour les professionnels de l’industrie que pour le grand public. Du 18 au 21 novembre M pour Montréal fait briller la scène indépendante des artistes émergents canadiens, alors que Mundial se concentre sur la musique du monde, du 17 au 20 novembre.

Le fondateur de M pour Montréal et cofondateur de Mundial Montréal, Sébastien Nasra, et le directeur artistique et cofondateur de Mundial, Derek Andrews, nous parlent de ces deux événements musicaux phares de l’automne.


M pour Montréal

M pour Montréal fête ses 10 ans. À quoi ressemblait le festival à sa création en 2006?

C’était beaucoup plus petit! Pour la première édition, devant une douzaine d’acheteurs internationaux, nous avions présenté, lors d’une seule soirée, sept groupes, dont Patrick Watson, Champion, Galaxie et les Besnard Lakes. Martin Elbourne, illustre et légendaire programmateur britannique, m’avait lancé le défi de créer une soirée proposant le meilleur de la musique alternative et indé de Montréal. L’idée part de là et, aujourd’hui, nous sommes devenus une rencontre internationale importante pour l’industrie et faisons partie des conférences / promo spectacles majeures à travers le monde. Non sans embuches en 10 ans, mais ça valait le coup !

À quoi ressemble la formule aujourd’hui?

Nous avons conservé la pierre angulaire de nos débuts : nous misons sur la qualité plutôt que la quantité. Les trois premiers jours, nous présentons une trentaine d’artistes à travers six promo spectacles d’une durée de 20 à 25 minutes par artiste. Il s’agit de la sélection officielle destinée aux professionnels. Comparativement à d’autres grands événements similaires, nous présentons une formule de courts concerts où chaque artiste a la chance d’être entendu parce qu’il y a qu’un seul promo spectacle à la fois plutôt que des dizaines. Puis, pendant le week-end, nous passons en mode «festival» avec des concerts pensés pour le public. M pour Montréal, c’est aussi des conférences, des ateliers et l’occasion de réseauter. Tout est pensé dans le but de propulser nos artistes sur la scène mondiale.

Justement, quel est le rôle de M pour Montréal dans le succès de nos artistes à l’étranger?

Montréal demeure un endroit prisé pour sa scène musicale. Plusieurs facteurs expliquent que la scène montréalaise est encore très vibrante et je pense que nous jouons un rôle dans l’équation. M pour Montréal est bien établi et occupe une place importante dans le calendrier internationale de l’industrie musicale, tant pour les influenceurs qu’auprès des artistes en développement. Les professionnels aiment s’arrêter à Montréal pour entendre la musique qui s’y fait et la formule intime que nous proposons est certainement un attrait. Nous avons aussi une particularité locale, rattachée à la langue française et celle-ci crée un engouement, une curiosité sur laquelle il faut miser.

M pour Montréal Dans le Quartier des spectacles

M POUR MONTRÉAL
Du 18 au 21 novembre


Mundial Montréal

Comment est né Mundial Montréal?

Sébastien Nasra et moi étions dans un taxi à New York, après un spectacle du chanteur montréalais Marco Calliari qui avait été très apprécié des professionnels de l’industrie, y compris de programmateurs canadiens qui venaient de le découvrir à cette occasion. Nous avons trouvé qu’il y avait un besoin pour un événement mettant en lumière les artistes canadiens de musique du monde. Avec l’équipe de M pour Montréal en place, Montréal devenait l’endroit tout indiqué.

Croyiez-vous à ce moment avoir un bassin assez important d’artistes à présenter?

Au départ, je me posais la question. Il y a cinq ans, la programmation comptait 22 artistes. Nous en avons présenté 35 par année lors des éditions suivantes. Au début, j’invitais des artistes que j’avais vus ou sollicitais des maisons de disques. Pour la cinquième année, nous avons fait un appel de candidatures officiel au Canada et à l’international. Il y a toujours du renouveau et la qualité est au rendez-vous. C’est fantastique !

Comment la musique du monde évolue-t-elle?

Je suis dans le milieu depuis les années 1980. J’ai vu l’évolution du genre et constate que la musique du monde se transforme au même rythme que le monde s’ouvre. Aujourd’hui, il y a davantage de fusions et de métissage des genres. Nous sommes davantage exposés à ce qui se passe ailleurs et nous ouvrons ainsi nos frontières musicales. C’est l’essence même de Mundial. Nous ne voyons peut-être pas ces artistes obtenir de grands succès commerciaux, mais nous ne sommes pas dans cette dynamique-là non plus. Notre but est que les artistes continuent de pratiquer leur style, leur art et qu’un public, que nous espérons toujours croissant, les suive.

À quoi ressemble le public de Mundial?

Au commencement, le festival a été créé pour les professionnels de l’industrie, afin qu’ils découvrent de nouveaux talents, mais nous nous sommes rapidement ouverts au public. Notre public apprécie la diversité musicale, a une vision du monde, est aventureux et aime voir les frontières de la musique être repoussées.

Mondial Montréal Dans le Quartier des spectacles

MUNDIAL MONTRÉAL
Du 17 au 20 novembre


Ce qu’on en dit

Les commentaires ci-dessous expriment l’opinion des internautes et non celle du Quartier des spectacles. Aussi, il nous est impossible de répondre aux commentaires et questions concernant cette activité.

Retour à la liste des billets